Une délégation d’élus haitiens en visite sur le site de la Gabarre

Écrit par Olivier
Affichages : 2184
La dizaine d’élus haitiens en visite suivant avec attention les explications données par M. Philippe BADRI du SYVADE

Ce vendredi 2 décembre 2016, le SYVADE Guadeloupe a accueilli une délégation d'élus haitiens, conduite par Monsieur Jean‐Rodrigue PAUL, conseiller du maire de la ville de Gressier.

Mme Francine BERCHEL, directeur de cabinet, a tout d'abord présenté les excuses du président du SYVADE, M. Michel RINCON, retenu, qui avait tenu à assurer ses visiteurs de son entière sympathie.

Découverte du SYVADE Guadeloupe

Avant de partir à l'assaut du site, les élus haitiens ont pu profiter des explications fournies par M. David PONCET, Directeur Général des Services du SYVADE. Celui-ci a ainsi relaté l'historique du syndicat, retraçant ainsi les principales étapes, allant du SICTOM né en 1973, de la volonté de 04 communes (Pointe à Pitre, Le Gosier, Les Abymes et Baie‐Mahault) à l'actuel SYVADE (dont les membres sont la Communauté d'agglomération Cap Excellence, la CANGT, la CANBT pour Petit‐Bourg et Goyave, les communes du Gosier, de Sainte‐Anne, de Saint‐François, de La Désirade et la Communauté de communes de Marie‐Galante, représentant près de 270 000 habitants, etc.).

Les questions n'ont pas manqué, notamment sur le statut, le fonctionnement du SYVADE. On y apprenait entre autres que le SYVADE est un établissement public à caractère administratif, comptant près de 80 salariés. On notait que la population participe à son financement, via la contribution de chaque commune ou intercommunalité membre ; cette participation étant calculée selon une clé de répartition prenant en considération le nombre d'habitants et le tonnage de déchets traités.

En route pour la visite !

C'est dans une atmosphère studieuse, conviviale et fraternelle, que les maires des villes de Jacmel (M. Marky KESSA, maire principal et Mme Loumi CÉSAR, adjointe au maire), de Torbeck (Mme Guidile JOSEPH), de Limbé (M. Joseph GIBSON), de Gressier (M. Ricot CHÉRY), accompagnés chacun d'un conseiller municipal ont pu découvrir l'ISDND, l'installation de stockage de déchets non dangereux.

Des guides talentueux et des élus particulièrement attentifs !

La visite menée et commentée de main de maître par MM. Philippe BADRI et Ludovic BUDON, respectivement agent polyvalent et coordonnateur de la collecte sélective au SYVADE a été ponctuée d'arrêts, permettant de mieux comprendre le cheminement des déchets (poste d'accueil des transporteurs, poste de pesée des déchets, dôme réhabilité, bassin de rétention des lixiviats, torchère, etc.).

Elle a fait l'objet de très nombreuses interrogations.
Comment le SYVADE est‐il financé ? Quel est le coût du transport ? Quelle est la capacité du site en tonnage de déchets traités ? Comment assurer la traçabilité des déchets ? Que faire du biogaz produit ? Quelle quantité de mégawatt peut‐on obtenir en transformant certains déchets ? L'eau contenue dans le bassin de rétention peut‐elle servir à l'irrigation ? Quels partenaires solliciter pour démarrer un projet de centre de stockage, notamment, en termes de faisabilité ? Combien coûte la construction d'un centre de stockage ?

Nos invités ont montré un vif intérêt, soucieux d'identifier des solutions en matière de collecte, de gestion et de valorisation des déchets pour leur île. Il faut dire que sur les quatre communes reçues, trois ne disposent à ce jour d'aucun équipement de traitement des déchets. Seule, la commune de Jacmel (170 000 habitants) qui jumelée à la ville de Strasbourg bénéficie d'un centre de gestion de déchets, lequel n'est toutefois pas opérationnel.


Une demande forte de coopération des élus haitiens des quatre localités représentées avec le SYVADE Guadeloupe !

Interview du maire principal de Jacmel , M. Marky KESSA

Quelles sont vos attentes en matière de gestion de déchets ?
« Le centre de stockage de déchets a été construit entre 2006 et 2010. Mais il est mal fait. Pire, tout autour, des gens ont bâti des constructions et il est difficile de faire déplacer ces habitants. Nous n'avons pas non plus de moyen de transport pour ramasser les ordures ménagères. Actuellement, nous sommes à la recherche d'un terrain. Nous en avons identifié deux. Ils sont hors de la ville et appartiennent à l'Etat. Nous avons vraiment besoin de techniciens, d'hommes qualifiés pour nous aider à faire les bons choix ».

Interview du maire de Torbeck , Mme Guidile JOSEPH

Quelles sont vos priorités en matière de gestion de déchets ?
« Le cyclone Mathieu a tout détruit. La ville de Torbeck a été durement touchée. La population est totalement sinistrée. Nous avons besoin d'investisseurs, d'accompagnateurs pour avancer dans notre volonté de gérer les déchets. Torbeck est une commune agricole, nous avons beaucoup de terrains... ».

De retour de l'ISDND et autour d'un pot de l'amitié, Monsieur PAUL, le chef de la délégation haitienne après avoir chaleureusement remercié le SYVADE pour la qualité de l'accueil, s'est dit particulièrement satisfait du partage d'expérience.

L'idée d'un regroupement de ces 04 localités dans le sens d'une intercommunalité est lancée, même si de facto l'éloignement géographique et l'importance des distances, ne joue pas en faveur de cette solution.

Les élus haitiens formulent une attente forte en matière d'apport en expertise du SYVADE. Au-delà d'un simple transfert de bonnes pratiques, ils sont demandeurs d'une véritable coopération entre les deux îles sur ces questions de collecte, de gestion et de valorisation des déchets, en faveur du bien‐être de leur population respective.

Quelles perspectives ? Quel après-visite ?

Interview du directeur général des services du SYVADE Guadeloupe,
M. David PONCET

Quels premiers conseils donneriez vous aux élus haitiens afin de mieux asseoir leur projet ?

Le premier conseil est de se regrouper à l'échelle d'un bassin de vie et de population pour être en mesure de mener des projets qu'une commune ne peut pas porter seule. Alors qu'il y a dix ans la Guadeloupe accueillait encore sur son territoire une quinzaine de décharges sauvages, c'est le regroupement des communes au sein du SYVADE Guadeloupe qui a permis de mener à bien la transformation du site de la décharge de la Gabarre et de mettre en place des
solutions pour le traitement des déchets, y compris dans les îles du Sud. La seconde recommandation est de s'entourer de conseils compétents. Le SYVADE a su mobiliser les compétences qu'il ne pouvait avoir en interne auprès de différents prestataires.

Comment formaliser un tel partenariat entre Haiti et le SYVADE Guadeloupe sur cette question de collecte, de gestion et de valorisation des déchets ?

Le SYVADE est en mesure d'accompagner les collectivités de Haïti en termes de méthodologie et de mobilisation de son réseau de partenaires et de compétences. Ce partenariat pourrait passer par l'établissement d'une convention de coopération.  

Notre site utilise des cookies pour mesurer l’audience et les usages de nos visiteurs, et vous offrir la possibilité de partager les contenus sur les réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.