Une société de nettoyage pollueuse épinglée sur le net

Affichages : 3526

Le SYVADE de la Guadeloupe souhaite porter un complément d’information suite à la publication de l’article « Une société de nettoyage pollueuse épinglée sur le net » publié dans l’édition du 23 septembre 2013 du journal France-Antilles.

Une société de nettoyage pollueuse épinglée sur le net

Dans cet article, il est rapporté que « tout vient du site de la Gabarre qui, contrairement au passé, n’accepte plus tous types de déchets. Du coup, les gens qui privilégiaient la Gabarre ne savent plus trop quoi faire de leurs encombrants et les abandonnent un peu partout. »

 

Ce propos comporte différentes contre-vérités et inexactitudes.

Il convient de rappeler que le site de la Gabarre comprend 3 Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) à savoir :

Ces deux dernières installations sont sous le régime de l’autorisation. Elles répondent à des règles strictes de fonctionnement notamment en matière de procédure d’acceptation des déchets.

En ce qui concerne l’ISDND de la Gabarre, celle-ci est régie notamment par l’arrêté préfectoral n°2013-009/SG/DICTAJ/BRA du 14 mars 2013.
Y sont précisés dans son article 3.1.4 les déchets autorisés à savoir :


Par conséquent, le SYVADE de la Guadeloupe, en tant qu’exploitant de cette ICPE et en collaboration avec ses partenaires, est dans l’obligation de respecter cet arrêté préfectoral. C’est bien pour cela que depuis le mois de juin 2013, les déchets ultimes des entreprises ne sont plus enfouis dans les alvéoles de l’ISDND de la Gabarre.

Ce changement de fonctionnement, certes considérable, ne signifie pas pour autant désordre et absence de filière de traitement.
Premièrement, des premières mesures restrictives avaient déjà été mise en place depuis 2012.

Deuxièmement, avant d’arrêter de recevoir les déchets ultimes des entreprises sur l’ISDND de la Gabarre, nous avons mis en place une campagne d’information orale et écrite (médias, courriers…) à l’attention de l’ensemble des usagers du site (transporteurs, entreprises, collectivités) aux mois de mai et de juin 2013.

Troisièmement, notre syndicat, dans le cadre de sa convention avec ECODEC, permet aux entreprises de traiter les déchets valorisables en centre de tri.

Enfin, sachant que tout producteur de déchets est responsable de son élimination, les sociétés sont libres de conventionner directement avec les centres de tri agréés pour leurs déchets valorisables et avec l’ISDND de SITA Espérance pour leurs déchets ultimes.

Ainsi, le comportement de la société NPG ici dénoncé comme les difficultés supposées des entreprises ne découlent donc pas d’une décision autoritaire du SYVADE mais sont symptomatiques d’une nécessaire réorganisation de l’élimination des déchets ménagers et assimilés en Guadeloupe.

Des solutions de traitement/valorisation des déchets non dangereux des entreprises existent. Il suffit que les protagonistes concernés s’y intéressent…
La véritable problématique est que l’élimination des déchets à un coût que ce soit au niveau de la collecte, du transport et du traitement. Il s’agit de savoir si chaque acteur de la gestion des déchets (population, collectivité, entreprises, professionnels de l’environnement) est prêt à en supporter le prix, à réaliser les investissements et efforts nécessaires pour répondre à une réglementation exigeante aux objectifs ambitieux.

Le SYVADE de la Guadeloupe, lui, a pour objectif de porter sa participation à une gestion moderne et raisonnée des déchets.

Notre site utilise des cookies pour mesurer l’audience et les usages de nos visiteurs, et vous offrir la possibilité de partager les contenus sur les réseaux sociaux.
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.